Père riche, père pauvre

Père riche, Père pauvre

Tu veux devenir riche?
Tu veux connaitre ce que les parents riches enseignent a leurs enfants?
Les stratégies d’enrichissement t’intéressent?
Père riche, père pauvre est là pour toi! Lis la suite.

père riche, père pauvre

Résumé – Père riche, père pauvre.

“Dans un monde en plein changement rapide, les seuls qui courent un grand risque sont ceux qui ne prennent pas aucun risque. »Père riche, père pauvre (Robert Kiyosaki)
    • Broché: 240 pages.
    • Langue: Français
    • Auteur: Robert Kiyosaki
    • Edition: Un monde différent (2015)

Père riche, père pauvre est un livre de Robert Kiyosaki paru en 1997 qui nous explique, à travers l’histoire de sa vie personnelle, comment construire sa richesse et investir pour à son tour devenir un père riche afin de le transmettre à ses enfants.
Robert Kiyosaki est né et a grandi à Hawaï, c’est un entrepreneur américain qui défend l’éducation financière à travers ces livres et ces jeux qu’il a créé.

Robert Kiyosaki dans son livre Père riche, père pauvre, nous explique qu’il avait deux pères.
Son premier père, biologique, était très instruit et a fait de longues études jusqu’au doctorat et avait un bon métier. Son deuxième père lui n’avait même pas fini le lycée. Pourtant les deux hommes ont eu beaucoup de succès dans leurs carrières et ont gagné des revenus élevés.
Malgré cela, un seul des deux a prospéré, tandis que l’autre a laissé des dettes à sa famille à sa mort.

Pour l’auteur avoir deux pères si différents lui a permis d’élargir son point de vue et d’avoir à réfléchir davantage pour comparer les points de vue si différents de ces deux pères.

Son père pauvre ne s’intéressait pas du tout à l’argent. Bien qu’il était intelligent et s’intéressait à beaucoup de sujets, lorsqu’il était question d’argent son cerveau s’endormait considérant qu’il n’était pas intéressé par l’argent et qu’il ne serait très jamais riche. Evidemment c’est qui ce qui s’est produit.
Son père riche quant à lui s’intéressait de très près à l’argent et aux façons d’en acquérir le plus possible à fin de créer des emplois, de la richesse est ainsi encore plus d’argent. Car pour lui, l’argent c’est le pouvoir. A nouveau c’est ce qui s’est produit.

La suite de Père riche, père pauvre se déroule en six leçons.

Première leçon, les riches ne travaillent pas pour l’argent.

L’auteur ici nous parle de la première leçon qu’il a reçue sur la richesse.
À l’âge de neuf ans il cherchait un moyen avec son meilleur ami de devenir riche, c’est ainsi qu’ils ont eu l’idée de demander au père de cet ami comment faire. Le père de cet ami est ce fameux père riche.
Ils commencèrent à travailler pour lui dans l’une de ses nombreuses épiceries en l’échange de ce savoir.
Le père riche explique que si la plupart des gens sont pauvres c’est par ce qu’ils ne veulent pas prendre de risques. Le risque par exemple de créer une société, et donc préfère le statut d’employé. Et même lorsqu’ils sont bien payés en tant qu’employé la plupart ne font qu’augmenter leurs dépenses en fonction de leurs revenus donc ne possèdent pas plus d’argent à la fin du mois. Ils n’essayent pas non plus de faire travailler l’argent pour eux comme le ferait un riche.

Le père riche continu d’enseigner aux deux enfants ce qu’il sait sur la richesse. Il leur explique notamment que le désir de richesse est motivé par deux émotions, premièrement la peur.
La peur, car les gens de ne pas pouvoir payer leurs factures, subvenir à leurs besoins, s’acheter ce dont ils ont envie.
La deuxième motivation et l’avidité, les gens désir de l’argent car ils sont avides de possession, de pouvoir, etc.

On peut très bien devenir millionnaire soit par peur de manquer soit par soif de richesse mais dans les deux cas on ne peut profiter de cette richesse. Car si on a peur de perdre son argent, plus on en possède plus on a peur de le perdre. Et pour l’avidité c’est pareil, si on ne pense qu’à gagner de l’argent on ne profite pas de cet argent, car l’argent n’est pas un but mais un moyen.
Il explique aux deux enfants qu’il faut éviter de tomber dans le piège de la peur ou de l’avidité.

Le remède à cette peur ou à cette avidité est la connaissance. La connaissance de la façon de créer de l’argent. Car c’est l’ignorance de la façon de créer des richesses, de l’argent qui pousse les gens à la peur de ne pas en posséder ou à la cupidité de toujours vouloir posséder plus. Lorsque l’on sait comment l’argent fonctionne les émotions peuvent être misent de côté et servir notre richesse au lieu d’en être le maître.

Deuxième leçon, pourquoi enseigner l’A B C du domaine financier?

Robert Kiyosaki nous fait part dans ce chapitre de quelques anecdotes à propos de milliardaires et de millionnaires qui du jour au lendemain se sont retrouvés sans le sou.
Il nous montre que l’important n’est pas le salaire que nous gagnons ou les sommes que nous arrivons à nous faire payer. Ce qui est important est ce que nous arrivons à conserver de ces sommes là après nos dépenses.
Donc pour vraiment devenir riche il faut acquérir le savoir basique en matière d’argent.

La règle fondamentale est que les gens riches acquirent des actifs et que les pauvres et la classe moyenne acquirent des passifs en pensant que ce sont des actifs.

À l’aide de plusieurs tableaux et de l’histoire d’un couple de classe moyenne typique Robert Kiyosaki nous montre comment on peut facilement tomber sans s’en rendre compte dans le piège d’acheter toujours plus de passifs en pensant que cela sont des actifs.
Ce que l’on peut retenir de ce chapitre est de toujours acheter des actifs.
Il faut commencer par se faire une base d’actifs solides qui ne sont pas trop risqués. Une fois cette base solide d’actifs établit elle pourra ensuite nous permettre d’investir dans des actifs moins sûr mais qui vous rapporteront plus d’argent en cas de gain.
Cela étant dit posséder une base d’actifs solide vous permettra déjà de vous positionner au-dessus de la classe moyenne et ainsi faire de vous une personne commençant à être riche.

Troisième leçon, occupez-vous de vos propres des affaires.

Père riche, père pauvre nous donne ensuite une liste des actifs qui sont important d’acquérir selon l’auteur.

En premier lieu des entreprises qui ne requièrent pas ta présence. C’est-à-dire des entreprises que tu possèdes mais qui sont dirigées ou gérées par d’autres personnes. Car si tu t’en occupes à temps plein cela n’est plus un actif mais un emploi.
Il y a aussi les actions, les obligations, les fonds communs de placement.
Bien entendu on retrouve dans cette liste aussi les biens immobiliers qui génèrent des revenus. Pour l’auteur acheter sa maison pour être propriétaire n’est pas un actif mais un passif.
Il y a aussi dans cette liste d’actifs les droits d’auteur comme la musique du livre des brevets d’invention.
Et enfin tout ce qui a de la valeur, génère des revenus, prend la valeur et trouve facilement un débouché.
L’auteur nous fait part de quelques investissements en bourse et dans des petites entreprises qui lui ont plutôt bien réussi pour argumenter sa liste.

Quatrième leçon, historique des taxes et le pouvoir des entreprises.

Dans ce chapitre de Père riche, père pauvre, l’auteur nous explique qu’à l’origine il n’y avait pas de taxes ni en Angleterre et aux Etats Unis. De temps en temps des taxes temporaires étaient prélevées dans le but de payer les coûts des guerres mais c’est tout.
C’est en 1874 que l’impôt sur le revenu est devenu un prélèvement continu en Angleterre. Et aux États-Unis c’est en 1913 qu’il est devenu permanent.
Mais Robert Kiyosaki explique qu’à l’origine ces taxes étaient imposées uniquement aux riches. C’est grâce à cette idée que les gouvernements ont pu imposer des taxes, en expliquant aux pauvres et à la classe moyenne que seuls les riches seraient taxés. Mais comme le dit l’expression, « l’appétit vient en mangeant ». Les gouvernements une fois après avoir goûté à l’argent des taxes ce sont mis à bientôt taxer aussi la classe moyenne et enfin les pauvres.
Cependant les riches ne sont pas riches par hasard et rapidement ont trouvé une façon de se soustraire aux taxes. Une de ses façons et la création de sociétés car le coût de l’imposition sur une société est bien moindre que l’imposition d’un particulier. C’était la première façon d’échapper à ce nouvel impôt mais il en existe bien d’autres que connaissent les gens riches qui savent s’entourer de conseillers fiscaux et d’avocats. Et à chaque nouvelle loi pour les taxer ils trouvent de nouvelles façons de s’y soustraire.

C’est ainsi qu’une loi ayant pour but de punir les gens riches qui était approuvée et appuyée par la classe moyenne et les gens pauvres est devenue une loi punissant la classe moyenne et les gens pauvres.
Pour bien comprendre cela il faut savoir qu’en général une entreprise est taxée sur ses bénéfices. Donc une entreprise reçoit ses gains, dépenses ses gains pour financer toutes choses dans l’entreprise comme par exemple une super voiture de fonction ou des voyages « d’affaires » et seulement ensuite elle est taxée sur ce qu’il reste.
Alors que les employés de cette entreprise reçoivent leur salaire, ils sont ensuite taxés sur ce salaire et seulement ensuite dépenses ce qu’il leur reste. Tout le contraire…

Vivre de l'écriture.
La nouvelle méthode,
à découvrir ici.

Mon avis – Père riche, père pauvre.

« Trop de gens sont trop paresseux pour réfléchir. Au lieu d’apprendre quelque chose de nouveau, ils passent chaque jour à penser la même chose. »Augmentez votre intélligence financière (Robert Kiyosaki)

Les + de Père riche, père pauvre :
• Une grande source de motivation.
• Permet de s’élargir l’esprit concernant la façon d’investir.
• Eclipse la fatalité d’être né dans la mauvaise famille avec son histoire personnelle.

Les – de Père riche, père pauvre:
• Se déroule dans une autre époque et dans un lieu différent.
• Robert Kyosaki simplifient parfois trop ces histoires d’investissement.

Ma note: 16/20

père riche, père pauvre

Le chapitre de Père riche, père pauvre sur l’origine des taxes m’a vraiment marqué. Comprendre comment les taxes sont apparus et pourquoi se plaindre de l’évasion fiscale est vain. Les riches ne paieront jamais de taxes, ils n’en ont jamais payé et n’en paieront jamais. Alors pour ne pas payer de taxe une seule solution, devenir riche.

Père riche, père pauvre dans la suite du livre nous délivre les deux dernières leçons et Robert Kiyosaki nous raconte ses débuts, nous explique comment il a réussi à prendre sa retraite à 47ans.
Des cas concrets de ce qu’il a réalisé dans l’immobilier sont décrits dans les chapitres suivants.
Evidemment tout ce que l’auteur raconte sur ce qu’il a fait n’est plus réalisable, pour deux raisons. Le livre date de 1997 et presque 20 ans plus tard le monde à beaucoup changé, en économie notamment, les lois ont évolué aussi. Deuxième raison, cela se passe aux Etats Unis et ce pays ne possède pas les mêmes lois ou réglementations que la France ou l’Europe donc les expériences ne sont pas transposables d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique.

Mais dans tout ce qu’il a fait, même si ce n’est plus réalisable, le plus important est l’état d’esprit et la façon de penser. Comment trouver des solutions pour acquérir des actifs, quelle mentalité avoir.
Père riche, Père pauvre est un livre vraiment très motivant, c’est sa première qualité.
Ensuite il apprend la b.a. ba de l’argent et aussi de l’acquisition d’actifs ce qui manque parfois dans les livres sur la gestion de son argent je trouve.

Donc à nouveau je te conseille Père riche, père pauvre, si tu souhaites t’émanciper du train-train de la vie d’employé. Ce livre ouvrira tess horizons et te motivera grâce à l’histoire de l’auteur et de ces deux pères, l’un riche, l’autre pauvre.

  • Père riche, père pauvre,
    disponible ici:

Vivre de l'écriture.
La nouvelle méthode,
à découvrir ici.

Si cet article t'a plu, partage-le

Leave a Comment